• yvesschairsee

L'expérience russe (1) : Trianon Studio

Dernière mise à jour : 29 juin 2021


Trianon Studio, stage de danse historique 2019, Moscou

Si, comme nous, vous regardez régulièrement des médias de danse historique sur YouTube ou Instagram, peut-être que, comme nous, vous avez été assaillis de suggestions de groupes et de vidéos issus de Russie.


Alors, certes, le pays est immense, mais à bien y regarder la population n'est qu'un peu plus du double de la population française. Et même en prenant en compte ce facteur 2, on reste impressionné par la présence des danseurs historiques russes sur les réseaux sociaux (même hors vk) et par la variété du répertoire historique qu'ils y développent.


Alors quoi ? Cette effervescence n'est-elle qu'une impression ?


Armés de notre seule curiosité, nous avons voulu en savoir plus. Et Elana Anosova, tête pensante et dansante du groupe moscovite "Trianon Studio" avec son mari Egor Anosov, a eu l'amabilité de bien vouloir répondre à nos interrogations.

Le moment est d'autant mieux choisi que, comme chaque année, "Trianon Studio" organise pendant les grandes vacances leur grand stage international de danse historique, lieu privilégié où le partage de connaissances entre intervenants de tous pays bat son plein pendant une semaine...


Pour enrichir nos investigations, nous avons en outre consulté trois observateurs qui ont l'expérience de la danse historique en France et qui ont eu l'occasion de voir la manière de faire russe, j'ai nommé Elena Meunier de "Artécole pour tous" et de "Voyage au 19e siècle", Julien Tiberghien d'"Affordanse" et Benoît Habert, pilier des danseurs de "Carnet de Bals". Par commodité et pour ne pas que les articles soient kilométriques, nous avons regroupé leur témoignage dans l'article suivant, que vous trouverez ici.


 
Elana Anosova et Egor Anosov

Quand et comment êtes-vous venue à la danse historique ?


Elana Anosova : Je n’avais jamais dansé avant 2002. Cette année-là, je me suis cassé la jambe et les médecins m’ont dit que je boiterais pendant de nombreuses années. J’ai donc décidé d’aller danser. Un de mes amis m’a invité à un bal, j’ai été très surprise car je n’avais jamais entendu parler de danse historique. J’étais très intéressée et j’ai trouvé un groupe d'amateurs de jeux de rôle (plus précisément des fans de Tolkien) qui étaient intéressés par la danse aussi. J’étais la plus douée du groupe et un an après à peine je suis devenue professeure de danse.

Quand Trianon Studio a-t-il été créé ?

E.A. : Trianon Studio a été créé début 2007. À cette époque, j’étais professeure dans un autre groupe de danse, mais j’avais besoin d'un espace pour créer quelque chose de personnel. Donc, en janvier, mon ami et moi avons discuté de nos perspectives et après quelques semaines, nous avons fait notre premier bal en tant que "Trianon Studio". En 2015, j’ai rencontré mon futur mari et depuis ce moment-là, nous dirigeons le studio ensemble.

Quelles périodes de danse sont couvertes par Trianon Studio ?

E.A. : Nous avons couvert différentes périodes de danse au cours de différentes années et saisons. Pendant de nombreuses années, nous avons pratiqué des danses Renaissance et de la danse baroque, mais depuis 2017, nous ne faisons que du XIXe et des danses du début XXe. Cela dépend des enseignants, mon mari et moi ne pouvons pas couvrir toutes les périodes à nous seuls, donc si nous avons un enseignant et des gens qui sont intéressés, on peut mettre sur pied des cours sur n’importe quelle période.


Y a-t-il une grande tradition de danse historique en Russie ? Un coup d’œil rapide sur Instagram donne l’impression qu’on trouve beaucoup de groupes de danse russes.

E.A. : En Russie, nous avons le nombre de danseurs historiques le plus important au monde. Par exemple, à Moscou, nous avons plus de 50 groupes ! Si vous me demandez pourquoi il y a autant de danseurs, j’ai plusieurs réponses: 1) La danse historique est pratiquée dans différents milieux. Par exemple, dans de nombreuses villes, il y a chaque année des bals de cadets. (Nous en avons dirigé un à Kaliningrad avec 1000 danseurs). Chaque université a aussi ses propres bals avec un programme historique. 2) La plupart des groupes n'ont pas de structure qui serait fixée par des contraintes légales d'organisation : ils sont simplement constitués de danseurs enthousiastes. Dans ce cas, toute personne peut être leader, enseignant, chef d’orchestre... 3) Nos danseurs ont la plupart du temps moins de 30 ans et ils sont toujours en manque d’activités et plein d’énergie et d’idées.


Trianon Studio organise une semaine internationale de danse historique à Moscou pendant les vacances d'été. Qu'est-ce que ces collaborations internationales vous apportent pour la pratique de la danse ?

E.A. : Nous organisons notre Festival international de danse à Moscou depuis 13 ans et l’année du Covid n’est pas une exception ! Je suis très fière de cet événement. Il a un réel impact en Russie : il y a maintenant beaucoup de danseurs russes qui reproduisent les danses mont(r)ées dans mon festival, même s’ils ne savent pas d’où elles viennent ! Quand je suis arrivée dans la communauté de la danse historique en 2002, il n’y avait que quelques danses que nous pouvions faire : la valse bien sûr, un nombre limité de pas de mazurka, plusieurs country dances, de nombreux branles et plusieurs allemandes. Chaque année, nous avons essayé d’élargir la liste.


Elena Anosova et Richard Powers

En 2007, Fabio Mollica, le leader de la Società di danza d’Italie est venu en Russie pour la première fois. En 2008, je l’ai invité à mon festival et à partir de ce moment beaucoup de danses européennes ont fait leur apparition en Russie. En 2012, tout le monde en avait assez des danses faciles. Nous avons donc invité l'Américain Richard Powers. C’était un nouveau niveau pour nous avec de nouvelles danses du XIXe siècle et pour la première fois nous avons essayé de danser du Ragtime et du Jazz. En 2016, nous avons invité Arnaud Degioanni avec ses danses stimulantes et l’idée d’un championnat de danse historique. Je ne vous parle ici que de trois enseignants, mais il y en a eu beaucoup plus : Yuri Sloncenko (grand danseur classique et officier militaire de Russie), Sylvia Hartung (Allemagne), Gloria Giordano (Italie), Katerina et Lulas Klement (République tchèque), Karin Modigh (Suède), Irene Ginger (France), Joan Walton (Etats-Unis), Malcolm Brown (Ecosse), Julian Tiberghien et Marie-Emilie Cappel (France) et encore bien d'autres, y compris de Russie.

Je remarque (sur Instagram encore) que beaucoup de groupes de danse russes ont un nom français. Comment cela se fait-il ?

E.A. : Au XIXe siècle, la langue française était très populaire en Russie, comme l’anglais aujourd’hui. Chaque personne instruite pouvait parler français couramment. Nous pouvons le voir aussi dans les livres historiques russes. Et bien sûr, dans ce cas, comme de nombreux groupes sont dédiés au XIXe siècle, ils utilisent des noms français.


Y a-t-il des maîtres de la danse russe dans l’Histoire que nous ne connaissons peut-être pas en Europe francophone mais qui sont des références en Russie ? Y a-t-il des noms de maîtres de danse russes que nous devrions connaître ?

E.A. : Bien sûr, nous avons nos maîtres de danse russes: Ludovik Petrovskiy, Margarita Vasilieva-Rojdestvenskaya, Nikolai Ivanovskii, Maksin A., Idelson M.I., etc. Ces maîtres, de la même manière que Giraudet ou Cellarius, ont essayé d’écrire leurs recherches et leur point de vue sur la danse. C'est notre héritage.


Chaque fille à l’école veut être Natasha Rostova

En France, il y a beaucoup de bals qui recréent la période Napoléon III (ndlr : mais c'est loin d'être la seule période, nous sommes d'accord !). Au Royaume-Uni, les danses Regency et les country dances sont courantes. En Russie, y a-t-il une période de danse plus pratiquée que les autres ?


portrait de Pouchkine, par Oreste Kiprensky (1827)

E.A. : Je pense que la période la plus connue en Russie est la période de Pouchkine et de Guerre et Paix: 1805-1840. Pouchkine est notre grand héritage et le livre Guerre et Paix de Tolstoï, connu dans le monde entier, est très populaire en Russie. Chaque fille à l’école veut être Natasha Rostova (ndlr : le personnage de Guerre et Paix) lors de son premier bal !

Y a-t-il des danses spécifiques à la Russie ? Ou des danses préférées des Russes ?

E.A. : Tout le monde en Russie danse la valse ! Quand j’étais en Écosse, j’ai été surprise par le fait que presque tout le monde connaissait les figures de country dances et pouvait les faire partout, même après une bière dans un pub ! La même chose se produit en Russie avec la valse ! Je pense que cette danse est dans notre sang ! Les gens qui ne l’ont jamais pratiquée avant peuvent vraiment commencer à la danser très rapidement !

Remarquez-vous des différences dans la façon de danser des Français et des Russes ?

E.A. : Nous avons participé au championnat de danse historique de Paris en 2019. J'ai une anecdote à ce sujet qui pourra peut-être donner un élément de réponse à votre question...

Lors du championnat, nous avons dansé une valse et une vieille dame est venue nous voir les larmes aux yeux et nous a dit qu’elle avait compris que nous étions russes dès les premières secondes de notre danse.

Je pense que c’est à cause de notre style tout en pas glissés. Je dis toujours à mes élèves pendant la classe qu’ils devraient glisser comme un cygne. En France, les danseurs ont un pas plus léger et sautillent plus facilement que nous !

 

Merci à Elena Anosova d'avoir si gentiment répondu à nos questions !


Notre premier contact avec la danse historique en Russie continue dans l'article que vous trouvez ici, avec les points de vue d'Elena Meunier, Julien Tiberghien et Benoît Habert, qui ont été amenés d'une manière ou d'une autre à faire l'"expérience russe" de la danse historique !


205 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout